«

»

oct 27

Cousins transfrontaliers des îles: des descendants Seychellois et Réunionnais découvrent des liens ancestraux

unnamed (4)
La Digue, la troisième île la plus peuplée des Seychelles, abritait beaucoup de colons venant de l’île de la Réunion – un département d’outre-mer français dans l’Océan Indien, au cours du 19ème siècle. (Gerard Larose, Seychelles Tourism Board)

La nation créole des Seychelles est aujourd’hui un mélange de races et de cultures du fait des origines multi-ethniques de ses habitants. Tout au long de son histoire, les 115 îles de l’archipel ont été occupées par des colons français et anglais, des esclaves africains, ainsi que des commerçants chinois et indiens.

La génération d’aujourd’hui peut-elle remonter à ses origines datant des premiers jours des îles ? Ce lien de parenté peut-il s’étendre au-delà des rives seychelloises ?

C’est exactement ce qu’un groupe de seychellois a découvert, qu’ils possèdent les mêmes ancêtres que des résidents de l’île voisine de la Réunion.

Six résidents de la Réunion – un département français d’outre-mer dans l’Océan Indien – qui ont retracé leur lignée familiale jusqu’à La Digue, la troisième île la plus peuplée des Seychelles, visitent en ce moment l’archipel pour rencontrer leurs cousins seychellois.

Savy, Payet, Mellon, Mussard, Choppy, Hoareau et Morel font partie des noms de famille qui ont été retracés de l’île de la Réunion à La Digue.

Jean-Paul Rivière de la Réunion et René Morel de La Digue sont deux cousins qui se sont rencontrés pour la première fois cette semaine grâce à cette découverte.

Rivière, qui se dit passionné de généalogie, a indiqué à la SNA qu’il a pu retracer sa lignée familiale en remontant à plus de huit générations, datant du début des années 1800.

« Au début c’était de la curiosité, et quand j’ai découvert qu’il y avait un lien, j’ai voulu en savoir plus, afin d’établir quand cette connexion avait commencé et où elle menait » a indiqué Rivière a la SNA.

Morel, qui a appris qu’il avait un lien avec Rivière il y a seulement trois semaines, a indiqué : « J’ai passé trois jours dans les archives à faire mes propres recherches. C’était comme un voyage dans le passé ».

Les deux cousins ont indiqué qu’ils resteront en contact et que leurs deux familles prévoient déjà d’autres visites aux Seychelles et à la Réunion.

Leurs découvertes de liens ancestraux avec des familles de La Digue font suite à leur participation à une recherche sur le sujet lancée par le Ministère du Tourisme et de la Culture des Seychelles.Le groupe de six venant de l’île la Réunion est membre du «Cercle généalogique de Bourbon » CGB, [une association d’études généalogiques]

Deux autres cousins qui ont pu établir leurs liens ancestraux à travers cette initiative sont la seychelloise Marie-Reine Hoareau et Jean-Fred Lallemand de la Réunion.

Tous deux décrivent cette découverte comme « une grande surprise ».

Hoareau a indiqué que c’était le souhait de son défunt père de rechercher leurs proches originaires de l’île de la Réunion.

« Il nous a laissé le nom de son grand père et nous a encouragé à retracer notre lignée et je suis vraiment heureux qu’aujourd’hui nous avons pu établir ce lien en sa mémoire. J’ai une tante qui a maintenant 93 ans et je sais qu’elle sera heureuse d’apprendre ce lien » a indiqué Hoareau à la SNA.

De son coté, Lallemand a indiqué: « Nous ne pourrons pas retourner en arrière, mais nous pouvons néanmoins construire une nouvelle relation, apprendre à nous connaitre et espérons-le, nous voir plus souvent ».

Les origines ancestrales de Hoareau et Lallemand remontent à 1853 et ils ont pu remonter à 8 générations de Hoareau.

Le grand public est également invité à en apprendra davantage sur les informations recueillies dans le cadre de la recherche sur les liens de parenté entre les deux côtés. Les supports dont des photos et articles détaillés sont présentés dans une exposition qui s’intitule « Ile de la Réunion, Iles Seychelles, une histoire de frères et de mer » qui a débuté lundi au Centre International de Conférence dans la capitale des Seychelles, Victoria. La rencontre des cousins seychellois et réunionnais fait partie des activités pour marquer le Festival Kreol de cette année – une célébration annuelle d’une semaine de l’héritage créole des Seychelles.

D’autres historiens aux Seychelles qui ont également développé un intérêt sur le sujet ont fait part de leurs propres recherches. Richard Touboul a parlé de ses études sur le contexte historique et la présence des français aux Seychelles, les français ayant été les premiers colons aux Seychelles en 1770. Tony Mathiot, d’autre part, s’est concentré sur les colons de La Digue, car l’île abritait beaucoup de colons de la Réunion au 19èmesiècle.L’activité de lundi était également une opportunité pour l’historien et auteur de l’île de la Réunion, Jehanne Emmanuelle Monnier, de présenter ses découvertes sur les liens historiques entre les deux îles. Les découvertes de Monnier sont présentées dans un livre portant le même nom que l’exposition. Selon Monnier, qui a participé à une conférence d’une demi-journée pour partager ses connaissances, en 1808, sur un total de 35 colons aux Seychelles, treize venaient de Bourbon – l’ancien nom de l’île de la Réunion, sept venaient de l’ile Maurice et quinze venaient de France.

Lors de l’évènement de lundi, les recherches réalisées par le « Cercle généalogique de Bourbon” CGB [une association d’études généalogiques à la Réunion], ont également été présentées au département des archives des Seychelles pour le bénéfice des ressortissants seychellois qui voudraient établir leurs liens ancestraux avec l’île de la Réunion
L’exposition et toutes les découvertes intéressantes sur les liens de parenté qui existent entre deux nations insulaires voisines de l’Océan Indien, restera ouverte au grand public tout au long de la semaine, pendant le déroulement du Festival Kreol. Le Festival qui a débuté vendredi dernier se terminera le 31 octobre.

seychelles news agency